accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Chine > Aux portes du Tibet

Aux portes du Tibet

Dimanche 26 Novembre, Zhongdian

dimanche 26 novembre 2006, par Laure


Cette fois, nous partons pour de bon et arrivons avec un peu d’avance a la gare routiere. Quand on nous fait signe de monter dans un vieux bus plutot use et inconfortable, nous ne nous inquietons pas plus que ca : Lijiang compte deux gares routieres et, comme a Kunming, ce vieux machin doit juste servir a nous emmener jusqu’a la seconde. Mais pas de chance, nous n’avions raison que pour la moitie de nos suppositions. Nous partons bien pour l’autre gare routiere mais, une fois la bas, restons dans notre bus ou le reste des passagers nous rejoint. Helas, il semblerait que le voyage va etre long, coinces sur ces sieges minuscules avec les genoux tapant dans le siege de devant. Le plus difficile a supporter est en fait le froid : le bus n’a aucun chauffage et l’air exterieur est plutot glacial a cette heure matinale. Malgre de multiples couches de vetements, dont 2 polaires et une echarpe, je suis gelee et ce n’est que quelques heures plus tard, quand le soleil commence a rayonner que je parviens enfin a me rechauffer.

Heureusement, la beaute des paysages que nous traversons me fait oublier un peu l’inconfort de ce voyage. Passe Lijiang, nous grimpons rapidement au milieu des montagnes, traversant de tous petits villages dans des paysages de plus en plus desoles. A travers les nuages toujours la, nous apercevons quelques uns des sommets alentour, plutot impressionnants surtout si on songe qu’ils culminent a 5000 ou 6000 metres. Quelques heures plus tard, nous atteignons un plateau herbeux desole ou nous croisons nos premiers yacks. Cette fois, pas de doute, nous sommes presque au Tibet. La region ou se trouve Zhongdian est geographiquement juste en dessous du Tibet et surtout, peuplee essentiellement de tibetains, elle en a les coutumes, la religion et les paysages. Alors que nous roulons sur le plateau desert et a travers une giboulee de neige (decidement, nous sommes bien loin de l’eternel ete indonesien !), le bus s’arrete brusquement sur le bas cote et le chauffeur descend muni de divers outils. Dix minutes plus tard, tous les passagers profitent de la pause, tandis que le chauffeur traficote sous le bus avec une cle a molette. Aie, ce n’est pas vraiment l’endroit ideal pour etre en panne, meme si nous sommes contents de pouvoir contempler d’un peu plus pres les paysages entrapercus par la vitre. Heureusement, le bus n’avait apparemment rien de grave et nous repartons rapidement vers notre destination finale.

Arrives a Zhongdian, nous essayons de trouver un hotel avec chauffage. Les nuits de Lijiang etaient deja bien fraiches et ici, a 3200 metres d’altitude, nous supposons que cela va etre bien pire. Helas toutes les guesthouses de la vieille ville sont construites dans le style du pays : de tres jolies maisons en bois mais sans la moindre trace de ce qui pourrait ressembler a un chauffage. Nous n’avons pas envie de dormir dans un des immenses hotels de luxe de la ville moderne construits pour les touristes chinois et prenons donc une chambre dans une des guesthouses en esperant que les 2 couvertures et le matelas chauffant electrique suffiront. Nous ressortons rapidement pour une promenade dans la vieille ville et ses environs. De tres jolies maisons anciennes au bois sculpte sont serrees les unes contre les autres dans quelques ruelles etroites bordant la grande place carree abritant le marche. Nous sortons un peu de la ville et sommes subjugues par les paysages environnants. A cette altitude, la lumiere est particuliere malgre le ciel couvert, et l’air d’une purete incroyable. Nous passons le long de vieilles fermes, elles aussi tout en bois, joliment sculpte et decore, avec des toits de paille et une galerie exterieure en bois. Des vaches noires au poil brillant et touffu paissent de ci de la, tandis que la paille acheve de secher etendue sur de grands chevalets de bois. Nous sommes entoures par les montagnes, majestueuses, aux sommets couverts de neige eternelle. Le paysage est plutot desole, touffes d’herbe rase et jaunie et arbustes couches par le vent. C’est tellement beau que nous aurions envie de partir aussitot en randonnee pour en profiter mais la fin de journee approche et le froid se fait encore plus mordant. Nous decidons de rentrer nous mettre au chaud, en esperant que le soleil brille demain pour pouvoir en profiter pleinement.

Jour précédent : Repos force a Lijiang Sommaire : Chine Jour suivant : Glaces !

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP