accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Chine > Journee bonus a la montagne

Journee bonus a la montagne

Mercredi 29 Novembre, Zhongdian

mercredi 29 novembre 2006, par Laure


Zhongdian nous plait tellement que nous ne nous resolvons pas a partir des aujourd’hui comme prevu initialement. Nous decidons donc de profiter d’une journee de plus a nous promener dans la montagne, juste pour le plaisir de passer un peu plus de temps dans des paysages si extraordinaires. Le seul souci est que nous ne savons pas vraiment ou aller, faute de sentiers ou d’itineraires prevus pour les touristes. Nous n’allons pas nous en plaindre car le cote bout du monde perdu en pleine montagne fait une grande partie du charme de Zhongdian. D’ailleurs nous esperons que l’exploitation a la chinoise de la ville pour en faire une nouvelle destination touristique a l’interieur du pays ne la transformera pas en un nouveau lieu artificiel, sorte de Disneyland du Tibet. Les chinois, qui ne sont pas a court d’idees marketing, surtout quand il s’agit de faire du business, ont deja eu l’idee geniale de renommer purement et simplement la ville. Nous ne devrions plus parler de Zhongdian mais de Shangri-la, d’apres le lieu mythique invente par un romancier anglais des annees 30, paradis imaginaire et introuvable qu’il situait quelque part dans l’Himalaya. Tres serieusement, le pouvoir central de Pekin a organise une competition entre les villes de la region pour savoir laquelle serait la plus a meme de porter ce nom mythique et c’est Zhongdian qui a (helas) gagne le droit d’etre renommee. Depuis, pas un document officiel chinois, cartes postales ou routieres, horaires de bus ou guides touristiques ne fait plus mention de Zhongdian remplacee, conformement aux ordres recus, par Shangri-La ou plutot XiangGeLiLa, sa traduction peu harmonieuse en mandarin !

Zhongdian ou Shangri-La, peu importe, nous sommes pares pour aller explorer les environs. Le grand soleil qui brille dans un ciel uniformement bleu ce matin nous fait oublier les informations meteo pessimistes affichees ce matin a notre hotel : les temperatures diurnes varieront entre -10 et +5 degres... soit encore 5 degres de moins qu’hier. Decidement il va etre temps de redescendre dans la vallee avant que le vrai hiver ne s’installe vraiment. Nous partons a l’aventure de maniere aleatoire, en empruntant la seule ligne de bus que nous ne connaissons pas encore, la numero 3 sur 3 lignes existantes. Elle nous emmene dans les faubourgs de la ville, sur la route qui part en direction du Nord, grimpant encore plus haut dans les montagnes. Ca tombe bien, c’est une direction que nous n’avions pas encore exploree et en plus, si nous montons, nous devrions logiquement avoir une jolie vue. Nous suivons tout d’abord la grande route (si on peut dire) ou nous ne sommes pas vraiment deranges par les voitures. Ici les seuls vehicules sont les bus, plutot delabres, de tres rares 4x4 appartenant aux quelques nantis et une armade de taxis sillonnant la ville en quete de clients fantomatiques. Apres une bonne quantite de lacets, nous arrivons a un col, avec une belle vue sur l’autre versant des collines entourant la ville. Nous dominons une grande plaine, s’etendant sur des kilometres jusqu’aux prochaines montagnes et peuplee de dizaines de yacks paissant tranquillement dans des paturages a leur mesure. Histoire d’en voir encore plus et d’avoir l’impression de faire une vraie randonnee, nous partons a l’assaut a travers champs faute de vrai sentier, de la colline la plus proche. Au grand desespoir de Thibaut, il nous faut affronter la traversee d’un troupeau de vaches pas forcement heureuses de nous voir pietiner leur repas mais l’arrivee au sommet en valait la peine. Depuis le classique stupa agremente de drapeaux a prieres qui domine ici chacune des collines ou montagnes, nous voyons la ville et ses environs mais aussi le monastere ou nous etions hier. Cela nous permet de reperer une route qui semble mener au monastere depuis celle ou nous nous trouvons. Voila notre fin de promenade toute trouvee ! Nous nous offrons quelques biscuits en recompense au sommet, ou il fait plutot bon grace aux chauds rayons du soleil et en profitons pour nous livrer a l’indispensable seance photo pour la mise a jour du site.

Nous n’avions pas trop mal estime les distances et la route que nous avions reperee nous mene bien au monastere a travers les prairies des yacks vues d’en haut. Nous croisons une famille de chinois en vacances, se deplacant a bord d’un gros 4x4 et semblant sideres que nous puissions ainsi marcher par les sentiers. Leur conception de la visite est de rouler lentement en voiture en regardant les paysages, s’arretant de temps en temps quelques minutes pour l’indispensable seance photo au milieu des yacks ou devant une maison typique. Heureusement nous croisons aussi les habitants du coin, beaucoup plus sympathiques, occupes a diverses taches dans les champs environnants. La fin de la promenade est l’occasion d’admirer une fois de plus le monastere, encore plus beau sur fond de ciel bleu. Le soir, nous fetons notre centieme jour de voyage avec un baton d’encens faute de bougies, introuvables au supermarche local, et un petit pot de jelly a l’ananas, apparemment friandise preferee des chinois (ou en tout cas preferable pour nous a la viande sechee de yack sucree qu’ils semblent adorer). Meme si Zhongdian n’offre pas vraiment de lieu ou faire la fete, nous preferons largement etre dans un endroit aussi magique pour cet anniversaire !

Jour précédent : Ambiance mystique au monastere Sommaire : Chine Jour suivant : Dure descente

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP