accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Thaïlande > Ca plonge et ca bulle

Ca plonge et ca bulle

Lundi 15 et Mardi 16 Janvier

mardi 16 janvier 2007, par Laure


JPG - 15.2 ko
Ma plage perso

Thibaut part sagement pour son premier cours ce matin a 9h30 apres avoir passe une partie de la soiree de la veille a commencer la lecture de l’enorme manuel PADI qui lui a ete remis. Du coup, j’en ai profite pour y jeter un oeil aussi, toujours sans etre convaincue : tout ca me parait bien complique pour juste aller voir quelques poissons. J’attends qu’il ait fait ses premieres plongees pour savoir si je rate vraiment quelque chose ! Quant a moi, n’ayant pas ecole aujourd’hui, me voici libre d’organiser ma journee a ma guise. Au debut, je crains de m’ennuyer, seule et sans rien de special a faire pendant des journees entieres. Mais finalement celles-ci passent rapidement une fois trouve le rythme epuisant de la plage. J’apprends a denicher les bonnes plages selon le moment de la journee, pour profiter de l’ombre et du calme, et a preparer le kit de survie indispensable a la plage en solitaire : deux ou trois billets pour une boisson fraiche, une reserve de livres et de jeux, lunettes de soleil et creme solaire, me voila paree ! Le premier jour, j’espere pouvoir retrouver Thibaut pour la pause dejeuner mais c’est peine perdue. Leur cours est plutot intensif et les deux plongees s’enchainent, repoussant le rapide dejeuner a une heure avancee de l’apres midi. Je deniche un tres sympathique cafe me permettant de bouquiner en degustant sandwiches et jus de fruits, apparemment le rendez vous des voyageurs esseules de Koh Tao. Comme en plus, il propose des postes internet, j’ai trouve ou passer les heures chaudes de l’apres midi. Le soir nous profitons de l’excellente cuisine thai et des jolies terrasses de restaurant sur l’ocean. Nous fetons meme l’anniversaire d’Angele, la binome de Thibaut pour le cours de plongee, en compagnie de toute une joyeuse bande du club de plongee, moniteurs, plongeurs et amis des uns et des autres. L’ambiance est une fois de plus internationale et nous permet de reviser, outre l’anglais, notre quebecois ( !) puisque Angele, Anne Marie l’amie avec qui elle voyage et Jean Nicolas, le moniteur de plongee viennent tous du Canada francophone.

JPG - 11.3 ko
La plongee rend fou ?

Comme les journees seraient peut etre trop ideales dans cette routine farnientesque, quelques soucis a regler viennent m’occuper l’esprit. Tout d’abord, le probleme de ma carte American Express qui ne me permet plus aucun retrait depuis plusieurs jours. Elle a apparemment ete bloquee par la societe car ils suspectaient une fraude suite a mes retraits dans un pays de sauvages comme la Thailande, certains retraits s’etant en plus produits "en pleine nuit". Comme nous n’avons jamais retire de l’argent la nuit, nous suspectons un quelconque ordinateur central mal regle qui a fait du zele en oubliant le decalage horaire et le fait que quand il est 9h en Thailande, il est 3h du matin a Paris (la pleine nuit, effectivement !). J’ai charge ma maman d’appeler a ma place pour regler l’imbroglio mais elle est helas tombee sur une espece d’hurluberlue qui n’a fait que compliquer les choses, expliquant qu’il fallait que j’appelle en personne et que cette mesure etait pour notre bien vu que, en resume et selon son point de vue, la Thailande est un pays de voyous et de trafiquants de tout poil. C’est sur que bloquer ma carte de credit en m’empechant tout retrait d’argent liquide va certainement m’aider a passer un bon voyage, encore heureux que nous avions emporte 3 cartes de credit a nous 2. Quand ma mere a explique a cette sympathique employee que nous nous trouvions sur une petite ile perdue sans possibilite de telephoner, celle-ci lui a explique sans se demonter que le telephone etait simple et accessible partout en Thailande et qu’elle ne voyait pas ou etait le probleme. Decidement, chez Amex, ils ont vraiment des employes clairvoyants et tres au fait de la situation des pays etrangers, grmf. Me voila donc contrainte de payer de ma poche une communication internationale hors de prix sur cette ile car malgre "le telephone accessible partout" de cette charmante dame, l’employee thai du cybercafe ou je me rends me regarde avec des yeux ronds quand je lui demande un collect call (PCV). Heureusement, je tombe cette fois sur un employe plus competent et moins farfelu qui regle immediatement le probleme et reactive ma carte. Merci les banques pour ce sympathique interlude !

Mon autre distraction a tendance horripilante est la tentative de cooperer avec la mentalite asiatique visant a ne jamais dire non. Alors que nous demandons si nous pouvons garder notre chambre quelques nuits de plus (le temps que Thibaut finisse son cours), nous sentons bien que ce n’est pas gagne et que l’employee est ennuyee. Mais "ce devrait etre possible" nous dit elle. Le soir, nous posons a nouveau la question, etant devenus mefiants, et elle nous confirme qu’elle aura une chambre pour nous le lendemain, nous devrons peut etre juste demenager de notre chambre a une autre. Le matin en question, nous voulons regler ca avant le depart de Thibaut afin qu’il m’aide a transporter les divers sacs et affaires. L’employee, l’air encore plus desesperee que la veille a l’idee de ne pouvoir nous repondre, nous dit que oui peut etre nous devrons demenager mais elle ne sait pas encore dans quelle chambre, il faut patienter. Thibaut s’en va (apres avoir range son sac), je patiente (et rale de manquer les meilleures heures de la plage) et retourne poser la question un peu plus tard. L’employee est encore plus embetee car elle ne peut toujours pas me dire ou nous dormirons ce soir mais peut etre arrivera t’elle a arranger les choses et a nous garder la meme chambre. A vrai dire, je me moque completement de garder ou non la meme chambre, je voudrais juste savoir dans laquelle poser nos affaires pour pouvoir partir tranquillement sans plus me preoccuper d’un eventuel demenagement. N’arrivant pas a obtenir une reponse plus claire, je lui explique que je repasserai a midi pour savoir ce qu’il en est et me retrouve contrainte de ranger tous nos sacs en prevision d’un eventuel demenagement. L’employee parait tres contente d’etre ainsi debarassee de moi et de l’insoutenable difficulte de devoir me repondre negativement. Elle est encore plus contente a mon retour queques heures plus tard en m’annoncant que le probleme est regle et que nous pouvons... garder la meme chambre ! Je retourne donc tristement a notre chambre pour ressortir des sacs a dos les affaires si bien rangees 2 heures plus tot. Decidement, meme apres 5 mois d’Asie, la mentalite asiatique nous reservera toujours des surprises.

Jour précédent : De plage en plage Sommaire : Thaïlande Jour suivant : "Obliges" de rester a la plage

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP