accueil

on est partis


Chou blanc

Mercredi 2 et Jeudi 3 Mai, Salta

jeudi 3 mai 2007, par Laure


Nous disons cette fois definitivement au revoir a Cafayate avec un petit pincement au coeur et montons dans le bus pour Salta. Une fois de plus, sur cette liaison loin de tout, nous n’avons pas eu le choix des compagnies et empruntons un bus plutot basique qui part avec 20 minutes de retard apres un etrange ballet avec son bus jumeau pour savoir dans lequel charger les touristes que nous sommes. Nous verifions que nos bagages montent bien dans le meme vehicule que nous histoire d’eviter les mauvaises surprises a l’arrivee ! Nous retrouvons avec plaisir les paysages d’hier puisque notre bus emprunte la route que nous avons prise a travers la quebrada. Nos trente kilometres paraissent bien peu de chose une fois motorises mais les paysages sont aussi beaucoup moins visibles par les petites fenetres du bus.

Nous arrivons en debut d’apres midi a Salta ou nous nous installons dans une petite pension tenue par deux grands meres. Les chambres sont plutot vieillotes mais propres et nous avons plus l’impresion d’etre au pensionnat que dans un hotel. De toute maniere, nous ne comptons pas nous eterniser a Salta. Malgre son appellation de "Salta la linda" (Salta la belle en espagnol), nous ne trouvons pas grand charme a la ville, certes peuplee de quelques batiments anciens et de belles eglises mais sans rien de vraiment marquant. Nous sommes deja venus ici et avons ete un peu decus, nos retrouvailles avec la ville ne nous laissent pas vraiment meilleure impression surtout que l’endroit est tres touristique, plein d’agences de voyages et de bars a la mode. Comme souvent quand nous rejoignons une grande ville apres plusieurs semaines dans les campagnes, nous comptons surtout en profiter pour organiser la suite du voyage et faire quelques achats indispensables.

Cote achats, je poursuis ma quete desesperee de livres sans beaucoup de succes. Certes deux librairies proposent quelques titres en anglais mais ce sont essentiellement des classiques ou des thrillers susceptibles de bien se vendre. Ni l’un ni l’autre ne me tentent vraiment mais je finis par denicher un roman qui a l’air "lisible" et un recit de voyage en Amerique du Sud tandis qu’un libraire d’occasion achete sans sourciller deux des livres que j’ai termines. Thibaut investit dans un nouveau stylo pour poursuivre son oeuvre ecrite tandis que je refais le plein de produit pour mes lentilles de contact. Nous voici pares pour la suite des aventures au Chili (trop cher pour y faire des achats) et au Perou / Bolivie (ou nous ne sommes pas surs de trouver ce qu’il nous faut).

Malheureusement, en ce qui concerne l’organisation de nos prochains jours, nous sommes loin d’arriver aussi bien a nos fins. Comme les bus sont rares pour se rendre dans les petits villages des environs, nous comptions pour une fois prendre une ou deux excursions avec une agence de voyage mais leur prix exorbitant nous fait eliminer tout de suite cette solution. Il nous reste la possibilite de louer une voiture, Thibaut n’est pas trop pour mais finit par se ranger a mes arguments. Je commence a etre frustree d’etre ainsi limitee par les rares transports en commun, repensant avec nostalgie a notre precedent voyage ou la voiture que nous avions louee nous avait permis de decouvrir des endroits recules et de magnifiques paysages. En bus, nous devrons renoncer a plusieurs des villages ou je souhaitais aller ou alors passer encore des jours a attendre d’improbables correspondances. Alors que nous venions de nous resoudre a louer un vehicule malgre le prix la aussi un peu trop eleve pour notre budget, les horaires du bus que nous devons prendre pour aller au Chili viennent compliquer le probleme. Ce dernier ne circule que deux jours par semaine et bien sur, pas ceux qui nous arrangent. Comme nous ne voulons pas prolonger trop notre sejour ici, etant deja tres en retard pour la suite du programme, cela nous oblige a louer une voiture pour 6 jours ce qui est trop (car trop cher) ou trop peu (car tous les loueurs offrent le 7e jour pour 6 jours de location). Comme en plus, le loueur qui nous interessait n’a pas de voiture en stock pour demain, nous resolvons le dilemne de maniere un peu brutale : tant pis pour les excursions prevues ici, apres tout nous connaissons deja la region. Puisque la chance n’est pas de notre cote, nous decidons de partir immediatement pour le Chili. Le prochain bus est dans deux jours, ce qui nous laisse tout juste le temps de passer par Tilcara, un petit village au nord de Salta que nous avions adore, comme Cafayate. Aussitot dit, aussitot fait, nous reservons nos billets de bus pour le Chili ainsi que deux trajets Salta - Tilcara pour demain. Nous sommes soulages d’avoir enfin pris une decision et finalement plutot contents de filer directement vers des horizons nouveaux, sans doute plus fascinants que ce que nous connaissons deja.

Jour précédent : Repos avant l’effort Sommaire : Argentine Jour suivant : Aussi bien que dans nos souvenirs

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP