accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Argentine > Aussi bien que dans nos souvenirs

Aussi bien que dans nos souvenirs

Vendredi 4 Mai, Tilcara

vendredi 4 mai 2007, par Laure


Le programme est charge ce matin puisque nous avons juste le temps de boucler nos sacs, de prendre un petit dejeuner et d’attendre l’ouverture du bureau de change pour echanger une grosse liasse de pesos argentins fraichement retires au distributeur du coin en leurs homologues chiliens. Nous filons ensuite prendre le bus reserve hier. Je commence a saturer des longs trajets en bus et celui-ci se traine un peu trop a mon gout. De Salta jusqu’a Jujuy, la prochaine ville nous marquons de multiples arrets dans le moindre village de la region et, alors que dans mon esprit Tilcara etait tout proche d’ici, je me fais a l’idee que nous en avons pour quelques heures. Heureusement, la route devient ensuite largement plus interessante quand nous penetrons dans la quebrada de Humahuaca, une autre de ces vallees creusees par les fleuves, aux magnifiques paysages. Nous retrouvons avec plaisir les montagnes a la belle couleur rouge et le relief tourmente au fur et a mesure que nous grimpons vers notre destination.

Nous nous inquietions un peu de retrouver un Ticara envahi par les touristes et transforme en grande ville, surtout quand nous sommes montes dans le bus dont plus de la moitie des passagers etaient des etrangers en vacances. Nous sommes contents de constater que nous sommes finalement les seuls a descendre ici, la foule continuant soit vers Humahuaca, le village suivant (que nous avions trouve beaucoup moins charmant), soit vers la Bolivie, qui sait. Le village semble fidele a nos souvenirs, toujours loin de l’agitation du reste du monde et perdu dans ses montagnes. L’etape suivante de la sequence nostalgie consiste a retrouver l’hotel ou nous avions sejourne la derniere fois et ou nous tenons a retourner. Il faut dire que ce n’etait pas n’importe quel hotel : arrives la un peu au hasard, nous avions decouvert un endroit d’un calme parfait, perche a flanc de montagne et dominant le village, avec de jolies maisonnettes a partager a plusieurs, un immense jardin et surtout un accueil plus que chaleureux de la part des deux proprietaires. Nous nous perdons un peu pour trouver le petit chemin qui nous menera en haut du village, grimpant pour rien dans les hauteurs, un exercice plutot difficile vu le poids de nos sacs. Nous finissons par retrouver la bonne route et avons la bonne surprise de decouvrir que l’hotel est toujours la, lui aussi, quasi inchange par rapport a nos souvenirs. Les proprietaires sont toujours les memes, toujours aussi sympathique et cette fois nous sommes encore plus gates puisque nous nous offrons une "cabane" de luxe, magnifique petite maison toute de pierre et de bois rien que pour nous. Je reste bouche bee en decouvrant la chambre, nous ne sommes plus habitues a un tel confort, des transats sur la terrasse, deux gros fauteuils a l’interieur, un immense lit avec de belles couvertures, une salle de bain flambant neuf et, denree rare dans une chambre d’hotel, placards et etageres pour ranger nos affaires. Nous voici bien installes et plus vraiment decides a bouger maintenant que nous sommes si bien loges.

Nous sortons quand meme de notre taniere en fin d’apres midi pour aller profiter un peu du village. Nous le retrouvons tel qu’en notre memoire, avec peut etre un peu plus d’hotels et de boutiques de souvenirs. Le petit marche sur la place centrale est toujours la avec ses etals d’artisanat colore, dont la plupart provient en fait de la Bolivie toute proche. Nous laissons la pulls et echarpes multicolores que nous acheterons peut etre plus tard mais dans leur pays d’origine et preferons devaliser le stand de confiseries. Nous faisons le plein de "dulce de cayote", cette pate de fruit typique faite a partir de la mysterieuse cayote (un fruit dont nous ignorons l’apparence) et de noix confites au caramel. Nous continuons notre promenade par les petites rues poussiereuses ou jouent les enfants et ou trainent les habitants du village, le charme de Tilcara agit decidement toujours. Nous decouvrons un nouveau restaurant qui pour une fois propose des plats plutot cuisines au lieu du sempiternel steak grille argentin dont nous commencons a etre completement satures. Cela fait du bien de profiter d’un joli decor, d’un service attentionne et surtout de gouter les delicieux plats avec les produits typiques de la region, lama, quinoa (une cereale andine) et mais. Decidement, nous avons bien fait de revenir ici, le village est a la hauteur de nos souvenirs !

2 Messages de forum

  • Aussi bien que dans nos souvenirs

    9 janvier 2008 14:07 mail : christine_natral@yahoo;fr
    bonjour, je viens de lire votre article sur Tilcara, est ce qu’il serait possible de connaitre le nom de l’hotel et du restaurant dont vous parlez avec tant d’enthousiasme, ce serait très gentil de votre part merci à vous christine
    • Aussi bien que dans nos souvenirs 9 janvier 2008 19:06, par Laure

      Bonjour Christine,

      C’est avec plaisir que nous partagerons ces bonnes adresses avec vous :
      - pour l’hôtel : Malka (site web : http://www.malkahostel.com.ar/), situé sur une colline au dessus du village, pas très facile à trouver mais les taxis connaissent ;
      - pour le restaurant : La Chacana, dans un patio accessible depuis la rue principale du village.

      J’ai prévu de faire un article avec nos bonnes adresses pays par pays mais n’ai pas encore eu le temps de m’en occuper... à suivre !

Jour précédent : Chou blanc Sommaire : Argentine Jour suivant : Dans la bouche du diable

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP