accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Chine > Une nuit a l’aeroport

Une nuit a l’aeroport

Lundi 30 Octobre, aeroport de Hong Kong

lundi 30 octobre 2006, par Laure


Notre derniere demi journee en Indonesie est minutee, vu qu’il nous reste encore plein de choses a faire avant le depart pour l’aeroport. Avant le transfert en bus que nous avons reserve pour 13h, nous reussissons a caser 1h de surf et plage, la douche et le bouclage des sacs, un retrait d’argent, la chasse a la boite aux lettres pour poster nos cartes et un dejeuner rapide au Macaroni, notre resto italien branche prefere ! Nous arrivons avec pres de 2h d’avance a l’aeroport et commencons la longue attente qui va nous mener a Pekin (enfin on espere). Et oui, du fait des caprices et contraintes du transport aerien, nous prenons un premier vol pour Hong Kong a 16h20 puis, arrives la bas vers 20h30, nous devrons attendre jusqu’au lendemain 3h25 (oui, oui, du matin) pour notre correspondance pour Pekin. Nous nous demandons bien quel technocrate sadique a eu l’idee de programmer un vol a 3h du matin, arrivant a Pekin a 6h30, mais nos billets d’avion sont la pour nous prouver que nous n’avons pas reve et que cela existe bien.

Coinces a l’aeroport de Bali, nous cherchons desesperement un moyen de passer le temps mais entre le seul cafe internet qui affiche des tarifs dignes d’une connexion satellite au bout du monde (pres de 10 euros l’heure... a ce prix la mise a jour du site attendra) et les magasins qui ont eux aussi des prix multiplies par 2 ou 3 par rapport au vrai cout de la vie, nous n’avons pas grand chose pour nous occuper. Nous faisons quand meme provision de quelques fruits secs et bons biscuits qui nous sauveront peut etre la vie quand nous serons confrontes a la nourriture chinoise et, apres avoir paye l’exorbitante taxe d’aeroport rackettee par le gouvernement indonesien, nous nous posons avec nos bouquins pour attendre l’heure du depart. Quatre heures de vol plus tard, apres avoir contemple effares les ravages de la deforestation a Borneo, les feux de foret sauvages recouvrant l’ile entiere d’une epaisse fumee noire se transformant ensuite en chape de brouillard grisatre, nous nous posons a l’aeroport de Hong Kong, autant dire un autre monde pour nous. Nous restons bouche bee devant la proprete et l’organisation qui regnent ici, tout est en ordre, neuf, bien range, drole de contraste apres un mois en Indonesie !

Munis de nos cartes d’embarquement, nous gagnons rapidement la zone de transit en echappant aux formalites de visa et nous demandons comment occuper les heures a venir. Bonne surprise : des voyageurs nous accostent pour nous offrir des bons pour un repas gratuit, qu’ils ont recu suite au retard de leur avion et n’ont pas eu le temps d’utiliser. Nous voila donc titulaires de 3x75$ HK (7,5€) pour nous offrir un bon repas aux frais des compagnies aeriennes, si toutefois on ne nous reclame pas une carte d’embarquement au nom de notre genereux donateur, inscrit sur le bon. Deuxieme bonne nouvelle : l’aeroport offre des postes internet en consultation gratuite... finalement la nuit va etre moins longue que prevu. Apres nous etre acharnes sur de vieux Macs poussifs d’il y a dix ans pour tenter laborieusement de mettre a jour le site, nous decidons qu’il est temps de diner et reflechissons a comment dejouer la vigilance des serveurs pour utiliser nos bons pirates. Nous decidons de nous rabattre sur des plats a emporter permettant de consommer nos bons plus discretement et nous offrons deux delicieuses pizzas immenses et hors de prix puis une reserve d’eau, gateaux et friandises a emporter au Starbucks du coin. Apres une deuxieme seance Internet qui me permet de rattraper un peu le retard pris sur mes reponses aux mails recus en Indonesie, j’abandonne pour cause d’epuisement : les postes sont concus pour etre utilises debout et mes jambes en ont assez de ma correspondance electronique. Il est minuit et temps de gagner un des sympathiques coins repos prevus a l’intention des passagers fourbus. Ici de larges fauteuils permettent de s’allonger dans une lumiere tamisee au son d’une douce musique plutot enervante a la longue. Nous bouquinons / somnolons jusqu’a l’heure l’embarquement a 2h30 et rejoignons alors notre porte ou nous retrouvons une foule de chinois pas beaucoup plus reveilles que nous. Nous sommes le seul et unique vol partant a cette heure indue, tout l’aeroport semble dormir et nous sommes relegues a une porte un peu miteuse cachee au sous sol de l’aeroport. Mais heureusement l’avion est bien la aussi et nous embarquons a l’heure prevue. Finalement cette nuit a l’aeroport aura ete plutot amusante meme si nous ne serons pas faches de trouver enfin un lit demain matin a Pekin (si tout va bien !).

Jour précédent : Le transit Sommaire : Chine Jour suivant : Decryptages

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP