accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Chili > Le jour le plus long

Le jour le plus long

Vendredi 23 Mars, Santiago du Chili

vendredi 23 mars 2007, par Laure


JPG - 14.3 ko
23 Mars 11h30 Auckland

Nous ne savons pas trop quoi faire a Auckland, cette ville plutot monotone, pour occuper notre derniere matinee neo zelandaise avant notre vol cet apres midi. Nous nous decidons finalement pour une petite promenade sur le port, entre restaurants chics et hotel Hilton, helas au milieu des grands immeubles et de la circulation infernale du boulevard. Cela nous permet au moins de profiter un peu du soleil qui aujourd’hui brille radieusement comme pour nous narguer apres avoir ete si souvent absent. Apres un dernier dejeuner... asiatique ( !) a notre food court prefere, nous filons jusqu’a l’aeroport ou nous rendons la voiture de location, pas faches de nous en debarrasser apres la conduite en ville plutot sportive par ici. Nous avons la mauvaise surprise de devoir payer une exorbitante taxe d’aeroport (en plus des taxes deja incluses dans nos billets d’avion), ce qui acheve de nous mettre en rogne contre ce pays que nous n’avons pas vraiment apprecie. Passe encore que des pays tres pauvres comme l’Indonesie pressurent les touristes captifs en les forcant a payer une taxe mais, dans un pays riche comme la Nouvelle Zelande, cela nous parait totalement aberrant et confirme notre impression que les touristes sont pris ici pour des vaches a lait bien rentables. Decidement, et pour la premiere fois, c’est sans aucun pincement au coeur que nous quitterons ce pays, au contraire.

JPG - 23.4 ko
23 Mars 12h30 Santiago

Notre avion decolle comme prevu ce vendredi 23 mars a 17h pour un peu moins de onze heures de vol au dessus du Pacifique. C’est donc apres une courte nuit puisqu’il est pour nous 3h30 du matin que nous atterrissons a Santiago... ou nous sommes toujours le vendredi 23 mars mais cette fois a 11h30 du matin. Bref, partis a 17h, nous arrivons a 11h30 le meme jour par la magie de la ligne de changement de date au dessus du Pacifique ! C’est toujours ca de gagne sur nos vacances d’un an mais en attendant nous prefererions dormir et allons trouver la journee longue. Il nous faut encore nous debrouiller pour eviter les rabatteurs qui nous harcelent a la sortie de l’aeroport pour nous proposer un taxi, retirer de l’argent et retrouver quelques mots d’espagnol bien lointains pour prendre le bus qui nous menera en centre ville. Heureusement, nous trouvons sans peine l’hotel que nous avons reserve, petite maison avec un joli jardin dans un quartier residentiel, tenue par un couple de suisses allemands. Du coup, nous ne savons plus en quelle langue parler entre notre espagnol hesitant, le francais des uns et l’allemand des autres et l’anglais plus simple pour tout le monde ! Decidement, il va falloir que je me plonge plus serieusement dans la methode d’espagnol achetee a Noumea et peu ouverte jusqu’ici...

Nous pouvons enfin nous reposer un peu avant de ressortir en fin d’apres midi pour une petite promenade a pied destinee a nous empecher de nous endormir. Pour eviter d’etre trop perturbes par le decalage horaire, nous preferons essayer de nous caler tout de suite a l’heure de notre nouveau pays mais ce n’est pas toujours evident quand il faut occuper ainsi de longues heures avant le coucher tant attendu. Nous poursuivons la balade jusqu’au quartier anime de Bellavista et nous sentons revivre : partout des petits restaurants, des terrasses de cafe, des gens attables pour le gouter ou l’apero du soir, du bruit, de la musique, de la vie. Cela fait vraiment du bien apres la morosite de la Nouvelle Zelande ou on dinait a 17h30 et ou la notion de cafe sympathique ou de terrasse ou flaner en regardant l’animation de la rue est totalement etrangere a la culture locale. Nous ne sommes pas vraiment depayses a Santiago, au contraire nous avons un peu l’impression de rentrer chez nous. L’architecture est plutot europeenne, le climat printanier et le mode de vie latin definitivement plus proche de nos habitudes que celui des anglo saxons. Avant de pouvoir enfin nous coucher, nous ressortons pour diner, a 19h30, puisque nous voulons aussi dormir tot. Helas, le tour du quartier n’est pas tres probant puisque tous les restaurants que nous avions repere precedemment, n’ayant pas envie d’aller trop loin de chez nous ce soir, sont fermes, rideaux tires et lumieres eteintes. Que se passe t’il, nous sommes pourtant vendredi, il n’y a pas de raison que tout soit ainsi desert ? Nous repassons par les memes rues une deuxieme fois, esperant reperer au moins une epicerie ou acheter de quoi grignoter et, miracle, les restaurants ont ouvert. Il etait tout simplement trop tot pour cette ville noctambule pour que qui que ce soit ait envie de diner ! A 20h, nous sommes de loin les premiers clients et nous regalons de delicieuses pates dans la plus pure tradition italienne. Decidement, on sent que ce pays va nous plaire !

1 Message

  • Le jour le plus long

    3 octobre 2008 15:24 -
    il ne s’agit pas d’une taxe d’aéroport mais d’une taxe de sortie du territoire qui servira à assurer le patrimoine biologique de la NZ. Je trouve au contraire que c’est une bonne chose qu’un pays occidentalisé décide de préserver son patrimoine.
Jour précédent : Fiche pays Chili Sommaire : Chili Jour suivant : Premiers pas en Amerique du Sud

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP