accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Indonésie > Apres le bemo... le shuttle bus !

Apres le bemo... le shuttle bus !

Mardi 10 Octobre, Gili Trawangan

mardi 10 octobre 2006, par Laure


Allez hop c’est decide, aujourd’hui on s’en va ! Cela fait plus d’une semaine que nous sommes a Ubud et je trouve la ville tellement agreable que j’ai du mal a me decider a en partir. Histoire de gagner du temps et de ne pas galerer avec les transports, nous avons reserve un "shuttle bus", sorte de minibus special touristes qui nous prend devant notre hotel et nous amene a destination sans que nous ayons a nous preoccuper des differentes etapes. Le ticket coute tres cher mais nous esperons pouvoir ainsi etre tranquilles et arriver facilement a destination. Nous nous rendons a Gili Trawangan, petite ile situee au nord ouest de Lombok, l’ile voisine de Bali. Cette ile m’a ete vantee par de nombreux voyageurs qui y ont apparemment trouve un vrai paradis et ne voulaient plus en repartir. Et puis, je suis impatiente de retrouver la plage, la derniere fois que nous en avons profite c’etait aux Perhentians en Malaisie et ca commence a faire loin !

JPG - 15.5 ko
Bye bye Bali et son volcan !

A 7h tapantes, un minibus en bon etat et avec de vrais sieges (ca change des bemos) nous attend devant l’hotel et, apres avoir pris en route 2 autres touristes, nous partons pour Padangbai, le port des ferys de Bali. Nous y sommes une heure plus tard et decouvrons que le bateau part en fait... a 9 heures ! Mais ce n’est pas grave, notre chauffeur nous a justement arrete a un cafe et nous serons sans doute contents d’en profiter pour prendre un petit dejeuner, non ? Hum, nous aurions surtout ete contents de dormir une heure de plus mais bon... puisque nous sommes la, autant patienter devant un cafe. Apparemment, cette "arnaque" est generale, puisque d’autres touristes venus de Kuta attendent deja a cette meme terrasse. Apres ce cafe lentement deguste, nous embarquons enfin sur un enorme ferry, au milieu des Indonesiens. Nous decouvrons que la traversee dure 4 a 5 heures, finalement Lombok est plus loin que ce que nous pensions. Nous passons le temps en bouquinant et en discutant avec les autres voyageurs et grignotons les biscuits emportes en prevision du long trajet.

A 14h, nous arrivons a Lombok et commencons a avoir des doutes sur l’horaire d’arrivee aux Gili, prevu pour 15h d’apres ce que nous a dit le gerant de l’hotel quand nous avons achete les billets ! Ce n’est pas grave, apres tout nous ne sommes pas presses et tant que nous arrivons avant la nuit pour choisir un hotel... A la sortie du ferry, nous sommes recuperes par un indonesien qui nous prend les billets des mains, les inspecte avant de nous les rendre et nous conduit a son minibus. Malheureusement, nous avons cette fois change de standing : fini le minibus luxueux de Bali, cette fois c’est un vieux machin avec une galerie sur le toit ou les bagages sont promptement ficeles, y compris les planches de surf de certains touristes ! On nous entasse a l’interieur et, pas de chance pour les retardataires, il n’y a plus de place sur les banquettes et ils finissent accroupis sur des tabourets. Et bien au moins, apres les bemos nous ne sommes pas trop depaysees ! Nous partons cahin caha sur une route qui grimpe et serpente a travers les villages, nous donnant un premier apercu de l’ile. Lombok est beaucoup plus pauvre que Bali, ne beneficiant ni du boom touristique de sa voisine, ni de ses luxuriantes rizieres, le climat etant ici plus sec. Les paysages sont donc plus peles, meme si les points de vue sur la mer sont magnifiques, et, en plus des habituels bemos et mobylettes, nous croisons des carrioles tirees par un cheval. Une demi heure plus tard, alors que nous avons parcouru peu de trajet, nous nous arretons deja, apparemment dans le bureau de l’agence de voyages qui nous transporte. La raison de cet arret est de nous etablir a chacun de nouveaux billets (ce sont les 3e puisque nous les avions deja echanges au depart du ferry !) pour le bateau se rendant aux Gili. Bien sur, le proprietaire profite du fait de faire passer chaque touriste individuellement a son bureau pour lui vanter l’achat du billet de retour, beaucoup moins cher ici que sur l’ile, plus sur car de mechants rabatteurs guettent les touristes innocents, etc etc. Son baratin marche assez bien car plusieurs touristes lui achetent le fameux billet mais, tetus, nous ne cedons pas. Il nous faut maintenant patienter une demi heure dans le bureau car en partant tout de suite nous risquerions d’arriver trop tot au port ou nous serions importunes par les rabatteurs locaux ( !). Le concept d’"arriver trop tot" alors que nous avons deja plus d’une heure de retard nous parait assez etrange mais bon, nous n’avons pas le choix et plus qu’a patienter ! Mais bien sur, la aussi, le magasin voisin est a notre disposition pour nous servir boissons et en cas et nous vendre tout ce qui pourrait nous manquer pendant notre sejour...

Enfin nous repartons, toujours aussi entasses sous la chaleur de l’apres midi. Le minibus n’avance pas bien vite mais heureusement nous parlons voyages avec un couple de tour du mondistes franco-belge, Chantal et Sebastien, rencontres sur le ferry. Ils tournent en sens inverse de nous et arrivent d’Amerique du Sud et d’Australie pour commencer leur voyage en Asie. Le temps d’echanger sur les differents endroits visites, nous arrivons vite au port. La aussi, le minibus nous depose non pas au port proprement dit mais devant une sorte d’agence de voyage ou on essaie une fois de plus de nous vendre les billets de retour. Ca commence a bien faire et nous refusons fermement. Le gerant nous demande alors de partir tous les 4, avec Chantal et Sebastien, pour prendre le bateau, les autres "nous rejoindront plus tard". Nous nous demandons ce que c’est que cette nouvelle magouille et attendons juste a cote que les autres arrivent. Nous supposons que c’etait pour que nous ne leur fassions pas rater une vente, le reste du groupe ayant docilement achete des billets et notre esprit rebelle risquant de les contaminer ! Nous partons enfin jusqu’a la plage, moins deux jeunes Francais qui ont disparu. Nous apprendrons ensuite que le proprietaire les a baratines sur les moustiques et les risques de paludisme a Lombok avant de les conduire dans une boutique... acheter des reserves de repulsif anti moustique ! Et la, pour changer, nous attendons. Quoi, on ne sait pas, car une rangee de bateaux est prete a partir pour nous emmener. Il est deja 16h30 et, la traversee durant 45 minutes, ce serait bien de ne pas trop trainer pour arriver avant le crepuscule (le soleil se couche a 18h ici) et trouver un hotel, a moins que ce ne soit encore une arnaque pour nous faire arriver en pleine nuit et nous vendre n’importe quel hotel. A force, nous devenons paranos et nous demandons ce que les Indonesiens vont encore inventer. Nous finissons par partir, finalement nous allons beneficier d’une magnifique croisiere au coucher du soleil, de quoi se plaint on ?! Quant a l’horaire d’arrivee de 15h, il a rejoint nos reves decus de voyage confortable et tranquille, pff ca nous apprendra a y croire. Apres avoir traverse en vain la moitie de l’ile avec nos sacs a dos a la recherche d’un hotel qui s’avere ferme, nous nous posons enfin dans un petit hotel charmant au centre ville, ouf. Il est 19h, la nuit est tombee et nous bien merite notre apero et diner apres ce voyage mouvemente !

Jour précédent : Bemos, mode d’emploi Sommaire : Indonésie Jour suivant : On est decus !

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP