accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Vanuatu > Les ilots du lagon

Les ilots du lagon

Mercredi 31 Janvier et Jeudi 1er Fevrier, Port Vila

jeudi 1er février 2007, par Laure


Apres un bon petit dejeuner (chic, du vrai pain, chouette, des cereales !), nous partons en velo vers le lagon de Erakor a la peripherie de la ville. Cette fois, nous avons repere le trajet sur la carte et ne nous perdrons plus. La route monte et descend au gre des collines sur lesquelles est construit Port Vila et nous traversons le quartier de Numbawan, ainsi nomme d’apres la base americaine "number one" qui y etait etablie pendant la guerre. Arrives a destination apres une longue descente qui promet d’etre difficile ce soir en sens inverse, nous abandonnons les velos et attendons le ferry gratuit. Comme les autres ilots aux alentours, celui-ci est occupe par un luxueux hotel qui heureusement ouvre quand meme sa plage aux non residents et leur offre le transport gratuit. Un petit bateau brinquebalant conduit par un conducteur debonnaire arrive bientot. La gerante canadienne de l’hotel, qui attendait au ponton avec nous, abreuve le malheureux conducteur d’instructions hyper detaillees, parlant a toute allure en anglais pour lui intimer ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Le chauffeur reste stoique sous le deluge d’instructions, semblant deconcerte par la facilite des occidentaux a se stresser et a compliquer les choses, et nous doutons grandement qu’il execute le quart de ce qu’on lui a demande.

Nous debarquons sur une jolie petite ile de sable blanc, plantee de cocotiers et agrementee de pelouses bien vertes. Seule une petite partie de l’ilot nous est accessible, le reste est reserve aux clients de l’hotel qui disposent de superbes bungalows directement sur l’eau, helas a des prix exorbitants. Nous nous installons sur des transats avec petite table et parasols gentiment mis a la disposition des touristes. Nous ne tardons pas a filer dans l’eau, apres tout c’est sous l’eau que le spectacle se passe. A quelques metres du rivage, l’eau est toujours aussi transparente et nous distinguons d’en haut des dizaines d’enormes etoiles de mer aux couleurs eclatantes, bleu canard ou rouge vif. Le plus dur est de ne pas leur marcher dessus par erreur, pas sure qu’elles apprecient. Nous nageons au dessus d’etranges coraux mous (ou des eponges ?) ondulant sous l’eau de toutes leurs branches rosees. Nous croisons quelques jolis poissons profitant en toute quietude de ce superbe lagon. Apres un bon repas sur la terrasse du restaurant, la journee se passe tranquillement entre lecture et baignade. Il ne nous reste plus qu’a affronter les cotes menant a notre hotel en velo avant d’apprecier une soiree tranquille sur "notre" terrasse a deguster notre diner maison de puree de pommes de terre et taros (et oui, nous nous adaptons aux ingredients locaux).

Le lendemain, nous suivons un programme rigoureusement identique a celui qui nous a deja reussi. La seule difference est que nous changeons d’ilot, partant cette fois a la decouverte de Hideaway Island (l’ile cachee au loin en francais !). Cette derniere constitue une reserve naturelle et nous nous en rendons vite compte sous l’eau. C’est bien simple, il y a des poissons partout et de tres belles patates de corail aux couleurs eclatantes. D’ailleurs les fonds autour de l’ile abritent aussi... la premiere poste sous marine du monde ! Le Vanuatu a eu une idee originale en immergeant a quelques metres de fond une petite cabane avec guichet et boite aux lettres permettant aux touristes de poster des cartes postales speciales etanches. En haute saison, il y a meme un facteur - plongeur avec masque et tuba qui receptionne le courrier sous l’eau. Pour l’instant la cabane est inoccupee, meme si la boite aux lettres est relevee quotidiennement, et les poissons s’interrogent sur cette invention humaine.

Nous profitons tranquillement d’une bonne journee de farniente et de snorkelling malgre la chaleur de plus en plus etouffante. D’ailleurs nous sommes tellement bien sur cette ile que nous avons la flemme de partir tot pour aller en ville avant la fermeture des bureaux de Air Vanuatu. Nous voulions reserver aujourd’hui nos eventuels billets d’avion pour une des autres iles mais apres tout cela attendra bien demain. Nous prenons exemple sur les gens d’ici, jamais stresses, sans jamais un geste brusque ou precipite et toujours le sourire aux levres. Nous nous amusons de regarder les serveuses aller et venir tranquillement sans le moindre signe de stress alors que le restaurant est plein et qu’elles croulent sous les commandes. Nous restons donc sur notre ile jusqu’en fin d’apres midi. Nous retournons ensuite a notre routine courses et diner en terrasse, heureux de cette bonne journee dans notre paradis tropical.

Jour précédent : I bot li no gud (*) Sommaire : Vanuatu Jour suivant : Et le gagnant est... Epi !

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP