accueil

on est partis


Epi Paradis

Mardi 6 Fevrier, Valesdir

mardi 6 février 2007, par Laure


Nous avons bien dormi cette nuit dans notre jolie chambre d’ou nous entendons le bruit des vagues toutes proches. Nous nous levons tard sous un soleil eclatant qui fait resplendir la pelouse et l’ocean. En entrant dans la salle a manger, nous avons la surprise de decouvrir un petit dejeuner de roi : une enorme brioche faite maison trone sous un grand torchon blanc, accompagnee d’un plateau entier de confitures maison elles aussi, de muesli et de lait frais et d’une grande corbeille de fruits exotiques. Nous n’en revenons pas d’etre aussi gates, nous n’etions plus habitues a autant de luxe. Nous avons semble-t-il vraiment trouve l’endroit ideal pour nous reposer quelques jours. Il faut dire aussi que cet hotel n’est pas tout a fait comme les autres. Alix, la proprietaire, nous a un peu raconte son histoire hier et nous comprenons mieux comment un endroit comme celui-ci existe ici au milieu de nulle part. Alix, Rob son mari, et leurs trois enfants sont australiens et ont decide un jour de partir s’installer au Vanuatu. Ils ont eu l’opportunite d’acquerir un terrain sur Epi et sont arrives ici, logeant au debut dans une caravane le temps d’amenager l’endroit. Ils ont entierement defriche le terrain, construit la maison de leurs mains, plante un jardin, mis en place une conduite forcee d’eau avec une turbine pour avoir de l’electricite et amenage agreablement le jardin et la plage, faisant de ce petit bout de cote le paradis qu’il est aujourd’hui. Le travail accompli est impressionnant et nous sommes d’autant plus heureux de partager un petit bout de leur aventure en etant heberges chez eux. En plus, cela tombe bien car apres presque 6 mois de voyage et le choc qu’a represente le changement de continent et le retour a la vie occidentale a Sydney, nous etions un peu fatigues de notre vie de nomades, nous demandant si finalement un an ce n’allait pas etre un peu long. Nous avions envie de nous poser un peu, histoire de repartir dans de meilleures conditions pour l’autre moitie du voyage. Il semble que nous ayons trouve l’endroit ideal puisqu’ici, non seulement le cadre est idyllique mais aussi nous nous sentons un peu en famille. Plus qu’un hotel, nous avons l’impression de loger chez des amis ou parents eloignes qui nous auraient accueillis chez eux. Nous prenons les repas avec Alix, ce qui est une excellente occasion de pratiquer notre anglais, decidement un peu rouille, et de nous entrainer au terrible accent australien. Et puis, nous profitons de la musique et du choix de CD et surtout d’une immense bibliotheque regorgeant de livres en tous genres, un vrai paradis.

Entre baignade, lecture et repos, nous trouvons vite notre rythme epiesque. La rituelle averse du midi (nous en avons deja eu une hier) fait trembler le toit de la terrasse sous sa violence mais une heure apres le soleil est deja revenu et nous comprenons pourquoi les pelouses sont aussi vertes et le jardin aussi luxuriant. Nous visitons la plage situee a quelques minutes a pied de la maison et aussi bien amenagee que le reste puisqu’elle dispose de toilettes et lavabos, douche et un magnifique abri tout en bois permettant de se proteger du soleil avec nattes et fauteuils. Nous aurons donc le choix pour nos baignades, petite crique juste devant notre chambre ou grande plage de sable fin un peu plus loin. Nous tentons aussi une incursion en direction du village mais n’allons pas jusqu’au bout car le soleil tape dur en plein apres midi. Nous longeons quand meme une bonne partie de la piste en terre qui y conduit, serpent de terre brun rouge trace au milieu des palmiers. De jolies vaches brunes paissent librement sous les cocotiers avec vue mer, decidement il y a des ruminants privilegies par le destin. Nous distinguons au loin les silhouettes de deux des ilots des Shepherds, apercus de l’avion, cones volcaniques que l’on dirait dessines par un enfant tant leur forme est parfaite. Le soir, nous nous regalons une fois de plus d’un succulent diner, Alix nous impressionne par sa maitrise des differents plats et cuisine du monde, ce soir ce sera thailandais avec un lap (salade de viande hachee aux herbes) et un curry de poisson. La surprise du soir est constituee par une invasion de petits crabes sortis de leurs terriers, peut etre sous l’effet mysterieux de la pleine lune. Nous les entendons courir un peu partout sur la terrasse tandis qu’une ou deux carcasses desossees temoignent que le chien de la maison s’est bien amuse a les chasser. Un gratouillis suspect nous alerte quand nous allons nous coucher et nous decouvrons deux crabes qui ont apparemment trouve la chambre a leur gout et decide d’y sejourner. Nous reussissons a mettre l’un d’eux dehors tandis que l’autre, reste introuvable, nous berce de ses gratouillis explorateurs.

Jour précédent : En coucou a travers l’archipel Sommaire : Vanuatu Jour suivant : Chien, vaches et dauphins

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP