accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Laos > Une ile nous suffira

Une ile nous suffira

Samedi 6 Janvier, Don Khone

samedi 6 janvier 2007, par Laure


Nous continuons notre decouverte du Mekong encore plus au sud en partant aujourd’hui pour la region des 4000 iles, archipel de terres immergees et emergees au gre des crues du fleuve situe a la frontiere lao-cambodgienne. Y’a t’il vraiment 4000 iles, nul ne le sait (et ca depend de quand on les compte !), pour nous le choix se fait entre les 3 principales : au nord Don Khong, grande et calme, au sud, Don Det, repaire des routards en tous genres et Don Khone, reliee a la precedente par un pont, plus calme et avec plus de choses a voir. Nous hesitons longtemps entre les differentes options, toutes tentantes et finissons par opter pour Don Khone. Apres nos experiences mitigees a Muang Sing et Muang Ngoi, ou les endroits qui attiraient le plus de voyageurs etaient ceux qui nous ont le moins plu, nous nous mefions de ces bouts du monde a la mode et preferons rester un peu a l’ecart. Nous avons opte de nouveau pour un minibus "special touristes" cense nous deposer directement a l’embarcadere pour les iles et nous ne le regrettons absolument pas. Nous partons a l’heure, avons un vrai siege et non un tabouret et arrivons rapidement a destination sans le moindre detour en route. C’est presque trop beau pour etre vrai mais, vu mon ras le bol actuel des bus et de leurs aleas, ca tombe tres bien.

Nous embarquons avec 2 autres personnes sur une belle barque de bois a moteur et decouvrons les paysages si particuliers du delta du Mekong. Le fleuve est un monde a lui tout seul, avec ses minuscules villages blottis sur les berges des iles, ses jardins cultives grace a la terre fertile, ses enfants jouant sur la plage et surtout ces barques qui le sillonnent d’un village a l’autre ou pechent en son miieu. Malgre le ciel couvert et la lumiere plutot grisatre, c’est de toute beaute et nous sommes bien contents d’etre venus jusqu’ici malgre le long trajet. Nous marquons un arret a Don Det et longeons ensuite sa cote. Les guesthouses se succedent toutes alignees le long du fleuve, huttes de bois rudimentaires serrees les unes contre les autres. Pour l’instant, nous ne regrettons pas vraiment notre choix et esperons trouver un peu plus de calme et d’authenticite a Don Khone. Nous debarquons en sautant a l’eau sur la plage et hissons nos sacs le long d’un sentier menant a la rue principale du village.

JPG - 15.7 ko
Notre hotel flottant

Alors que nous nous attendions a un logement tres simple, nous decouvrons un petit paradis : un hotel ou les bungalows sont construits sur des radeaux flottant sur le Mekong. C’est un peu plus cher que notre budget mais tellement beau que nous craquons. La chambre est immense, toute en bois, avec salle de bain et un peu d’electricite le soir et surtout une vue imprenable sur le Mekong puisque nous flottons sur ses eaux ! Un cote de la chambre est amenage avec de grandes vitres et des coussins pour profiter du spectacle tandis qu’une petite terrasse directement sur l’eau nous parait ideale pour le coucher du soleil. C’est une excellente surprise et nous en profitons en nous y reposant pendant l’apres midi, de toute maniere il fait trop chaud pour sortir.

Quand la temperature redevient un peu plus supportable, nous partons explorer les lieux. Nous longeons la cote en direction de l’est de l’ile, traversant petits villages, rizieres et paturages. Nous admirons les enormes buffles placides qui vont regulierement se tremper dans le Mekong ou se rouler dans la boue afin d’eviter a leur peau fragile de trop se dessecher. Et oui, on peut etre un buffle de quelques centaines de kilos et s’accorder quand meme des soins de beaute ! Nous longeons les quelques traces restant de la colonisation francaise : des sortes de chicanes en beton construites sur le fleuve pour guider la course des rondins de tecks transportes en les faisant flotter sur ses eaux. Les rondins etaient ainsi guides loins des zones de rapides pour etre recuperes plus en aval. Nous traversons un pont suspendu plutot vertigineux et surtout un peu trop balancoire a mon gout pour aller voir les cascades situees sur un autre ilot au large du notre. L’ilot en question est en train d’etre transforme en hotel, plusieurs bungalows sont deja construits, ainsi qu’un bar sur la plage et un restaurant. Les travaux semblent avancer au rythme lao, c’est a dire de maniere pas trop fatigante... Cela donne un repit a ce petit coin de nature encore preserve, en esperant qu’il ne soit pas trop defigure par le tourisme croissant a grande vitesse. Bien que de taille modeste, les cascades sont impressionnantes avec leurs eaux bouillonnantes se precipitant a travers les roches rouges. Les paysages sont vraiment tres beaux ici et tres differents de ce que nous avons vu auparavant. Le crepuscule est deja la et nous nous hatons de rentrer avant de servir de repas aux moustiques.

Jour précédent : Au bout du Mekong Sommaire : Laos Jour suivant : Les vestiges de la colonisation

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP