accueil

on est partis


Fuite

Jeudi 11 Janvier, Champasak - Bangkok

jeudi 11 janvier 2007, par Thibaut


Hier nous sommes allés à vélo au bout de la route : passé l’embarcadère des ferries sur le Mekong, il n’y a qu’une piste en terre et quelques cabanes. En montant dans le premier camion qui passe ce matin, nous savons donc qu’il va embarquer sur l’un des bricolages flottants pour rejoindre la seule route vers le nord, de l’autre côté du fleuve. Traverser de nouveau sur cette sorte de radeau ne me rassure pas et j’ai déjà rangé papiers, argent et appareil photo dans un sac étanche.

Notre camion vient se ranger avec ses passagers à côté de quatre autres sur le ponton du ferry. La plupart des passagers restent assis dans la benne mais Laure et moi descendons, et je repère l’un des nombreux morceaux de bois qui traînent sur le ponton et pourra nous servir de bouée. Un enfant descend dans la coque en dessous de nous et entreprend de colmater une brèche par laquelle jaillit un jet d’eau gros comme le pouce. Il tape sur le trou, y bourre un mélange d’étoupe et de la boue qui remplit le fond de la coque, et la fuite semble bouchée. J’achète un bambou rempli de riz collant pour me noyer rassasié.

Contre toute attente le radeau nous a portés secs jusqu’à la rive opposée. Les chauffeurs de camion apprécient de faire la course entre eux mais, contre toute attente là aussi, nous arrivons vivants et vite à la gare routière de Paksé. Et en plus il s’agit de la bonne gare parmi les trois ou quatre de la ville, celle où nous attendent des camions pour la frontière thaïlandaise.

Le reste du voyage est presque routine : le camion laotien nous emmène à la frontière où nous recevons gratuitement quelques coups de tampon ; nous refusons un taxi gentil mais trop cher et supportons l’inconfort des bus publics thaïlandais jusqu’à la gare d’Ubon Ratchathanni. Un employé des chemins de fer thaïlandais toujours sidérants nous émet deux billets pour Chumphon à l’autre bout du pays, avec changement dans une gare inconnue de Bangkok. Nous avons juste le temps de manger avant le départ mais arriverons un jour plus tôt que prévu, c’est un bon jour pour voyager.

Jour précédent : A l’ombre des frangipaniers Sommaire : Laos Jour suivant : Bilan Laos

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP