accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Australie > Surfeurs et rouleaux

Surfeurs et rouleaux

Mercredi 28 Fevrier, Sydney

mercredi 28 février 2007, par Laure


Apres plusieurs jours en ville, nous partons enfin decouvrir les plages mythiques de Sydney. L’enorme ferry pour Manly a ete dimensionne a la mesure du succes de cette plage, rendez vous des surfeurs et des amateurs de bronzette. Dans le metro, nous avons plusieurs fois croise de jeunes Australiens en tenue legere, surf sous le bras, une drole de vision en plein centre ville surtout quand le ciel est gris. Notre ferry fait deux fois la taille de ceux que nous empruntons d’habitude et nous emmene a toute allure dans la baie jusqu’a la petite ville de Manly. Il accoste du cote de la ville situe dans la baie de Sydney et nous remontons la rue principale, bordee de boutiques de souvenirs et de restaurants, jusqu’a la promenade bordant l’ocean. Il regne ici une atmosphere de vacances, touristes et Australiens n’ayant pas encore repris l’ecole (ou la fac) se melent dans les peties rues animees de la ville. L’ambiance decontractee et animee est plutot sympathique et nous rappelle que nous sommes encore en ete, ce que nous avions un peu tendance a oublier avec les pluies de ces derniers jours.

Nous debouchons enfin sur l’ocean et decouvrons la plage, a la hauteur de sa reputation. Certes, cette immense etendue de sable bordee de grands immeubles n’a pas le charme des petites plages paradisiaques d’Asie mais le spectacle des enormes rouleaux s’ecrasant sur le rivage est plutot impressionnant. La plage s’etend sur plusieurs kilometres et est bordee par une longue promenade et de grandes pelouses ombragees. Bien que nous soyons en semaine, la foule s’y presse et il y regne une joyeuse animation. Partout des surfeurs rivalisent pour attraper les vagues tandis que les plagistes les moins audacieux se font bronzer au soleil. Les quelques baigneurs sont cantonnes dans une etroite portion de plage, delimitee par des drapeaux jaune et rouge, courants obligent, et dument surveillee par les mythiques sauveteurs surfeurs australiens. Touristes et admirateurs venus profiter du spectacle flanent sur la promenade longeant la plage. Nous imitons les employes de bureau venus prendre leur pause dejeuner en deballant notre pique nique sur une des pelouses a l’ombre avec vue mer. Decidement il y en a qui ont de la chance, ce doit etre bien sympathique de manger au bord d’une telle plage tous les midis !

Le temps de retourner au village nous offrir cafe et gateau, le temps a deja change, decidement il semble impossible d’avoir une journee complete de beau temps ici. Nous nous abritons le temps de laisser passer l’orage et c’est sous une fine bruine et quelques averses que nous entreprenons la longue promenade longeant la cote et offrant de belles vues sur la baie. Le temps ne s’arrange pas et nous sommes bientot contraints de faire demi tour, apres avoir admire les differents quartiers chics en bord de mer de la ville et leurs superbes villas. Thibaut est motive par les rouleaux et decide de tenter la baignade tandis que je prefere attendre sur la plage, pas convaincue par l’atmosphere bien rafraichie. Mais quand nous revenons a la plage, la zone de baignade de tout a l’heure a disparu, serait-il trop tard pour nager ? Nous parcourons la plage des yeux et finissons par reperer des gens dans l’eau sans surf tout au bout de la plage. En fait, les drapeaux de baignade ont simplement ete deplaces, suivant les courants et les vagues au fil de la journee. Thibaut se baigne enfin, sous la bonne garde des sauveteurs qui hurlent dans leurs megaphones pour rappeler a l’ordre les imprudents qui s’eloigneraient trop sur les bords de la zone autorisee. Nous reprenons ensuite le ferry en sens inverse, direction la ville et notre snack indien prefere ou nous continuons notre decouverte de la multitude de curries. J’ecume ensuite les nombreuses librairies du quartier et craque pour deux livres qui viennent rejoindre mon stock deja bien fourni. Apres des mois sans vraie librairie, c’etait trop dur de resister, heureusement que nous aurons une voiture pour transporter nos bagages en Nouvelle Zelande.

Jour précédent : On sort de la baie Sommaire : Australie Jour suivant : Zoo avec vue

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP