accueil

on est partis


Poursuite

Mercredi 4 Avril, Hanga Roa

mercredi 4 avril 2007, par Thibaut


Traverser l’île dans une voiture rapide (enfin, relativement) et bruyante me fait regretter l’atmosphère de solitude que nous respirions lors de nos marches à pied. Mais sans cela nous n’aurions pas pu retourner ce matin sur les sites éloignés de la côte est. Et dès que nous descendons de voiture l’ambiance est de retour, entre le vent continuel et le fracas des vagues. Une statue est abandonnée face contre terre à quelques kilomètres de la carrière que l’on voit derrière, à quelques dizaines de mètres de l’océan et des autres statues. Cette statue s’est-elle retrouvée là projetée par un tsunami ou a-t’elle été abandonnée en cours de transport ? Un groupe rompt notre calme solitude méditative, le guide ne répond pas à ces questions, nous fuyons vers le site suivant.

La plateforme la plus proche de la carrière présente quinze statues restaurées et redressées. Une autre statue qui n’a pas bénéficié des mêmes faveurs est allongée au sol. Elle fait contrepoint au volcan derrière elle. Leurs courbes sont jumelles, la carte postale est belle. Les quinze statues sont toutes différentes par leur taille, leur style et leur degré d’usure, quelques-unes ont retrouvé leur chignon rouge.

Le groupe et son guide nous rejoignent, nous nous éloignons et filons sur la piste qui mène au nord de l’île. La seule véritable plage se trouve là, à Anakena, bordée de cocotiers et des statues les mieux conservées. Les traits de ces statues ont été préservés quand elles ont été renversées comme les autres et enfouies dans le sable. Nous déjeûnons en jouant à suivre l’ombre du cocotier qui se déplace avec le soleil.

Nous retournons à notre panorama préféré pour y admirer la lumière du coucher de soleil. La piste qui mène au cratère du rano Kau nous offre en plus la vue sur les collines vertes de cette moitié de l’île. L’éclairage rasant les met particulièrement en valeur. Je reconnais les sites que nous avons visités ces derniers jours, la carrière de chignons rouges, les plateformes le long des côtes, et même la carrière de statues dans le cratère rano Raraku au loin, il semble sombrer dans l’île. L’immense cratère du rano Kau à nos pieds est toujours aussi fascinant avec ses étangs sombres et sa faille vers l’océan.

Jour précédent : Moais et maillots de bain Sommaire : Ile de Paques Jour suivant : Le "best of" de l’ile

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP