accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Chine > Des montagnes un peu trop civilisees

Des montagnes un peu trop civilisees

Vendredi 1er Decembre

vendredi 1er décembre 2006, par Laure


Dali ne nous a pas fait tres bonne impression hier : trop de touristes, de rabatteurs, de boutiques et une vieille ville ne semblant pas si extraordinaire. Nous decidons de ne pas rester sur cette mauvaise impression et de prendre le temps de decouvrir les environs, la ville etant idealement situee entre un immense lac aux jolies berges campagnardes et un massif de hautes montagnes. Decidement pas lasses des sommets apres notre escapade tibetaine, nous decidons d’aller a l’assaut des montagnes pour visiter les temples qu’elles abritent. Courageux mais pas trop, nous partons a pied a la recherche du telesiege cense nous permettre de grimper jusque la sans trop d’effort. Nous n’avons pas de carte precise et nous dirigeons un peu au hasard vers les montagnes. Nous trouvons finalement un bon point de repere en la presence des rabatteurs, toujours aussi collants qu’hier, nous proposant tous des billets pour le telesiege, un taxi pour nous y rendre ou une promenade a cheval jusqu’au sommet. Pour une fois leur presence agacante nous est utile puisqu’elle nous permet de nous assurer que nous allons bien dans la bonne direction ! Nous nous faisons suivre quasiment jusqu’au guichet du telesiege par un taxi qui veut a tout prix nous y emmener, baissant son prix jusqu’a une somme derisoire au fur et a mesure de nos refus. Il est vrai qu’en Chine marcher est un signe de pauvrete, indiquant qu’on n’a pas les moyens de se payer une voiture ou un taxi, et non un loisir valorise comme chez nous.

Le telesiege nous offre une tranquille grimpette dans la foret jusqu’a un sentier en courbe de niveau, long de plusieurs kilometres, qui joint un temple a l’autre tout au long de la montagne. Nous nous faisons au passage extorquer une obole par des moines bien formes au business touristique qui apres nous avoir gentiment offert des batons d’encens a bruler nous reclament de l’argent, arguant de sommes extraordinaires versees par les visiteurs precedents et inscritent sur leur cahier de visites. En fait, les filous transforment d’un coup de stylo notre modeste offrande de 5 Yuan (0,5 euro) en 50 ou 500 Yuans, pensant ainsi convaincre les visiteurs trop credules ! Decidement, il semble que tous les touristes visitant la Chine et tous les magouilleurs qui leur sont lies se soient rassembles dans cette petite ville. Cela ne nous empeche pas de faire une belle promenade le long du sentier, offrant de jolies vues sur la vallee. Le sentier, quasiment plat et pave, est presque trop facile et nous nous demandons comment ces temples et ce chemin en pleine montagne ont ete construits. Les a pics sur les vallees que nous traversons sont impressionnants et l’immense lac brille joliment au loin dans la campagne. Ceci dit, apres les sommets tibetains, nous sommes un peu decus : le paysage est certes joli mais un peu banal, ressemblant beaucoup aux montagnes francaises sans rien de tres chinois.

Jour précédent : Dure descente Sommaire : Chine Jour suivant : Trop de Chine tue la Chine ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP