accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Pérou > Machu Picchu Tchou

Machu Picchu Tchou

Mardi 29 Mai, Aguas Calientes

mardi 29 mai 2007, par Laure


Nous commençons la journée par une visite du site inca de Ollantaytambo dont nous apercevons les terrasses depuis la fenêtre de notre chambre. Nous avons la chance d’arriver avant la foule des touristes, les stands du marché artisanal qui entourent le site sont seulement en cours de montage et le parking des bus est bien vide. Vu d’en bas, ce temple - forteresse est impressionnant avec son alignement de terrasses bien parallèles sur la pente raide de la colline. Nous flânons sur des chemins de traverse jusqu’aux confins du site, grimpant d’une terrasse à l’autre par les petits escaliers de pierre conçus par les incas, et admirant les ruines de l’immense entrepôt construit sur la colline d’en face pour stocker les récoltes. Après une montée un peu rude, nous arrivons au sommet et sommes enchantés par le spectacle. Les historiens supposent que Ollantaytambo aurait dû abriter un temple immense dont la construction n’a pas eu le temps d’être achevée. Il en reste de magnifiques murs de pierre avec toujours cette incroyable architecture inca consistant à empiler parfaitement des blocs de toute forme et quelques portes trapézoidales avec lesquelles nous jouons aux Cités d’Or. Le plus étonnant est la taille des pierres ainsi façonnées et empilées, faisant souvent plusieurs mètres de haut. Quel travail pour amener ces énormes roches au sommet de la colline depuis la carrière située un peu plus loin dans la vallée ! Je suis enchantée par cette visite, ayant trouvé ce site largement plus impressionnant que Pisac qui m’avait un peu déçue, et admire une dernière fois ces ruines majestueuses avant de redescendre tranquillement par les escaliers de pierre.

Il nous reste un peu de temps pour flâner dans le village et admirer sa particularité. Ollantaytambo est en effet la seule ville qui respecte encore l’architecture inca d’origine, les maisons modernes ayant conservé les fondations et le bas des murs incas. De même, les rues sont parcourues en leur milieu par une rigole servant à l’approvisionnement en eau. Le tout a beaucoup de charme et nous sommes bien contents de cette étape sympathique. Il est maintenant temps d’aller prendre notre train, vu la difficulté à obtenir des billets et leur prix, ce n’est pas le moment de le rater ! Nous sommes confortablement installés dans les wagons flambant neufs de Perurail à la belle peinture bleu vif. Nous avons pourtant pris les billets les moins chers en classe "backpackers" (routards) mais c’est déjà bien agréable. Les deux heures de trajet passent très vite, les paysages traversés sont magnifiques. Nous descendons, quittant les hauteurs des montagnes, par une vallée creusée autour du lit d’une rivière. De temps en temps, quelques ruines évoquent d’autres temples ou constructions incas méconnus. Le paysage change petit à petit et passe des rigueurs de l’altiplano à la touffeur et à l’exubérance tropicale. D’ailleurs, le temps se charge de pluie et c’est sous un ciel bien gris que nous arrivons enfin à Aguas Calientes.

Surprise, pour sortir de la gare et gagner le centre ville, il nous faut slalomer à travers un marché artisanal entièrement conçu pour les touristes. Nous nous dépêchons de sortir de ce dédale et partons à la recherche d’un hôtel. On ne peut pas dire que la ville soit très riante, autour de l’unique rue principale ce ne sont que restaurants, boutiques à touristes et hôtels. Le commerce semble florissant puisque partout des grues ont fleuri, pour de nouvelles constructions ou l’agrandissement des hôtels existant. Le premier que nous visitons nous propose directement sa suite royale, un immense appartement d’au moins 50 m2, aurions-nous l’air plus riches que nous ne le sommes ? Malheureusement, suite ou chambre normale, tout ça est bien tristounet et un peu cher pour nous. Nous trouvons une chambre acceptable un peu plus loin avec une vue sur la rivière malheureusement gâchée par l’impression de chantier permanent donnée par les travaux en cours. Le temps gris et l’ambiance mercantile de cette ville qui ressemble à tout sauf au Pérou me pèsent et ce n’est que peu motivée que je me décide à sortir faire un tour. La seconde impression n’est pas meilleure et nous nous contentons de préparer la journée de demain en achetant nos billets d’entrée pour ce fameux Machu (décidément il se mérite celui-là) plus quelques provisions pour pouvoir pique niquer sur le site. Je suis toujours barbouillée et n’ai pas faim. Comme de toute manière les restaurants dont les serveurs nous accostent à chacun de nos passages dans la rue, même au bout de 3 refus, ne nous tentaient pas vraiment, nous nous contentons d’une boisson chaude et au lit. Demain lever de bonne heure pour partir à l’assaut de la raison de notre séjour ici, le célèbre Machu Picchu.

Jour précédent : Pentecôte à la péruvienne Sommaire : Pérou Jour suivant : La star du Pérou

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP