accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Malaisie > Malacca la touristique

Malacca la touristique

3 Septembre 2006, Malacca

dimanche 3 septembre 2006, par Laure


Après un rapide trajet dans un bus rempli de familles malaises rentrant apparemment chez elles après un week end dans la capitale, nous arrivons à Malacca. Nous sommes chaleureusement accueillis par la propriétaire de l’hôtel que nous avons choisi, qui nous offre thé, toasts grillés et confiture sur la terrasse après s’être présentée et nous avoir demandé nos prénoms. Nous avons une chambre immense pour un prix dérisoire, avec salle de bain et climatisation, le tout un peu délabré mais propre. Il faut s’habituer aux salles de bains des hôtels malais : la douche ne possède pas de bac, encore moins de rideau mais consiste simplement en un pommeau accroché au mur, l’évacuation se faisant directement via la pente du carrelage. Et ici, surprise, il en est de même pour le lavabo : le siphon d’évacuation se termine par un tuyau par terre.. qui se vide sur le carrelage et rejoint le trou de la douche. Au moins ce n’est pas trop compliqué à construire !

JPG - 24.5 ko
Les trishaws promenent les touristes
Malacca

Une fois installés, nous n’avons pas le courage d’affronter à nouveau la chaleur particulièrement torride qui règne ici. Nous craquons donc et nous rendons au centre commercial voisin, agréablement climatisé, où nous déjeunons chez Burger King. Bon, nous aurons quand même tenu plus de 2 semaines sans cuisine européenne ! Malgré tout, nous nous régalons du spectacle des clients, le centre commercial étant bondé en ce dimanche (bizarrement les magasins sont tous ouverts ?) : la diversité de la société malaise ne cesse de nous étonner. Ainsi, dans les magasins, se côtoient apparemment sans aucun problème ou ressentiment femmes malaises voilées, jeunes chinoises branchées en minijupe ultra courte, familles de chinois ou malais plus traditionnels emmenant les enfants faire leurs courses ou indiens avec femmes en saris. Tout ce petit monde vaque tranquillement à ses occupations sans se préoccuper du regard des autres.

JPG - 19.9 ko
Place centrale
Malacca

En fin d’après midi, nous partons visiter les vieux quartiers de Malacca. Contrairement aux autres villes de Malaisie, qui possèdent peu de vestiges historiques, Malacca est réputée pour ses nombreux monuments et pour être la ville la plus ancienne de Malaisie. Colonisée par les Portugais comme comptoir sur la route des épices, elle passa ensuite aux mains des hollandais puis des anglais, avant l’occupation par les japonais pendant la guerre et l’indépendance du pays en 1957. Il est vrai que la ville possède plusieurs églises ou bâtiments administratifs relativement anciens, le tout ayant un certain charme avec ses façades de brique rouge. Hélas la partie ancienne de la ville n’occupe qu’un (petit) pâté de maisons, envahi par les touristes de toutes origines et sillonné inlassablement par des trishaws joliment décorés remplis de touristes en goguette. Nous en avons vite assez et partons nous réfugier dans Chinatown, que nous espérons plus typique. Là aussi, les maisons anciennes sont certes jolies mais transformées en boutiques à touristes et le petit marché de rue qui s’installe propose lui aussi toute la gamme de cochonneries faussement typiques spécial attrape nigauds et nous sommes donc un peu déçus de la promenade. Quant au marché de rue où nous comptions manger le soir sur les conseils du guide, ses petits stands de nourriture qui attiraient les gourmands (le marché était surnommé le "glutton’s corner !) ont disparu et sont en train d’être remplacés par une galerie commerciale de boutiques de grandes marques, certainement plus rentables ! Le progrès et la "touristisation" à outrance sont décidément bien tristes.

JPG - 10.8 ko
Les quais, maintenant bien deserts
Malacca

Nous nous consolons en allant diner dans le "village portugais", quartier occupé par les descendants des portugais colonisateurs. Ceux-ci ont apparemment gardé fièrement les coutumes de leur pays d’origine, mêlées à celles d’ici, et certains parlent encore le portugais tel qu’il était au 16e siècle ! Nous verrons ainsi par les fenêtres des maisons des crucifix et statues de la vierge mêlées à des lanternes chinoises rouges, le tout sur un autel aux faux airs de temple chinois. Nous nous régalons de poissons et fruits de mer soit disant cuisinés selon de vieilles recettes portugaises (nous n’avons pas vraiment vu la différence) au son d’un stand de souvenirs typiques (grmf) qui passe en boucle un CD de country. Je suppose que vu d’ici cela doit ressembler a de si typiques vieilles chansons portugaises ?!

Jour précédent : Asphyxie Sommaire : Malaisie Jour suivant : Visqueux

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP