accueil

on est partis


Tout sur le thé

Jeudi 21 Septembre, Tanah Rata, Cameron Highlands

jeudi 21 septembre 2006, par Laure


Apres nos randonnees d’hier, nous choisissons aujourd’hui la solution de facilite pour visiter les environs en nous inscrivant a un tour organise. Nous ne sommes en fait que 3, nous 2 et un voyageur anglais, avec un guide indien et un minibus flamblant neuf. Le guide est apparemment dans les secrets de la meteo locale car, alors que nous maugreons sur le temps plutot gris d’aujourd’hui, il nous arrete sur les hauteurs de la plantation de the que nous allons visiter juste au moment ou les nuages se levent. Un tapis ondulant de verts en degrades s’etend devant nous : partout alentour, sont cultives en terrasses les arbres a the, dont les couleurs se detachent sur le bleu du ciel. Grace au guide, nous en apprenons plus sur la culture du the : les arbustes doivent etre tailles tres regulierement pour rester a une hauteur facile a cueillir car on ne recolte que les dernieres feuilles poussees, tout en haut de l’arbre, plus tendres et parfumees, je suppose. Les feuilles sont recoltees toutes les 3 semaines a la main par des ouvriers essentiellement indonesiens. Apparemment aucun malais n’est motive par ce travail fatigant et pas tres bien paye et ce sont donc des indonesiens immigres qui s’en chargent. Arrives pour 3 ans a la plantation, ils sont loges dans des villages construits expres pour eux par les proprietaires, avec temple, mosquee et ecole pour les enfants. Les ouvriers sont payes selon le poids de feuilles recoltees, les meilleurs arrivant a gagner environ 200 euros par mois, qu’ils economisent scrupuleusement en vue de leur retour en Indonesie. Apres une petite montee au Gunung Brinchang, point culminant de la region a 2000 et quelques metres, qui nous permet d’admirer une jolie vue sur les alentours, nous visitons l’atelier de fabrication du the de la plantation. Une delicieuse odeur de feuilles fraiches nous entoure des que nous descendons de voiture, elle provient des ateliers tout proches ou, apres avoir laisse secher les feuilles de the apres cueillette pour leur enlever un peu de leur humidite, des machines roulent et ecrasent les feuilles afin d’en extraire les sucs. Le the est alors laisse a l’air libre pour qu’il s’oxyde, ce qui lui donnera son parfum caracteristique, avant d’etre seche a haute temperature puis trie : la paille sans gout est enlevee, et le reste est classe selon la qualite obtenue, les poussieres et miettes de feuilles serviront a faire les sachets (le moins cher) tandis que les plus belles feuilles seront vendues plus cher. Bien sur, nous ne resistons pas a deguter une tasse de la production locale en profitant de la magnifique vue sur les plantations. Notre guide nous offre ensuite une petite incursion dans la "foret mousseuse" ou "foret brumeuse", nom donne a la foret primaire comme celle que nous avons traversee hier, et nom bien merite vu le temps qui regne ici ! Cette promenade nous permet d’en savoir un peu plus sur les plantes que nous avions jusqu’ici croisees sans en connaitre le nom. Le guide deniche ainsi pour nous de beaux specimens de plantes carnivores, qui attirent les insectes dans leur coupelle pour les digerer, appelees ici "monkey cup" car il paraitrait que les singes les tiennent comme une tasse pour boire goulument le liquide qu’elles contiennent !

L’excursion se termine en debut d’apres midi et, maintenant que nous sommes devenus des specialistes du the, nous decidons d’enchainer sur une petite promenade a pieds pour nous rendre a l’autre grande plantation de the de la region, situee a quelques kilometres en contrebas de notre village. Le sentier qui s’annoncait comme une ballade facile par un sentier betonne le long d’une jolie cascade puis riviere nous reserve des surprises puisqu’il est plus long que prevu et se termine par l’habituelle sente tracee a travers la jungle nous obligeant a des escalades de racines ou a des contorsions pour nous glisser sous les troncs d’arbres. Il est deja tard quand nous debouchons de la jungle sur la route qui mene a la plantation et surtout de gros nuages noirs a l’allure peu sympathique menacent. Meme s’ils ont ete la plus ou moins toute la journee, ils semblent maintenant dangereusement se rapprocher ! Nous sommes au beau milieu de toutes les fermes de cette vallee, avec des alignements de serres ou de plantations en pleine terre proposant choux, carottes et autres tomates. Nous partons a pieds en direction de la plantation, 1 km plus haut, et avons la chance de nous faire deposer en voiture par un monsieur en pick up qui ramene les enfants de l’ecole. Nous montons dans la benne du camion avec les enfants, ce qui les amuse beaucoup. Nous admirons rapidement les champs de the, aux ondulations toujours aussi photogeniques, avant d’entamer la descente. Il nous faut encore marcher 3 km avant de rejoindre la grande route ou nous pourrons attraper un bus et nous preferons ne pas y etre trop tard. Malheureusement, plus nous progressons vers notre but, plus nous nous rapprochons de l’orage : les vehicules qui arrivent en sens inverse sont trempes et il commence a pleuvoir. Nous continuons vaillamment (de toute maniere nous n’avons pas bien le choix, et puis nous sommes equipes en impers et polaires !) quand deux chinois en voiture prennent pitie de nous et se proposent de nous deposer. Ca tombe bien car quelques minutes apres nous sommes en plein orage et des trombes d’eau s’abattent sur la voiture, obligeant le conducteur a rouler au pas. Nous lui demandons de nous laisser a l’arret du bus mais il insiste pour nous emmener a notre village, un detour d’une dizaine de kilometres pour eux puisqu’ils sont en vacances plus bas dans la vallee. Nous les remercions chaleureusement car ils nous ont evite une bonne douche !

Jour précédent : Des montagnes et des fraises Sommaire : Malaisie Jour suivant : Derniere etape

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP