accueil

on est partis


Accueil du site > Carnets de voyage > Thaïlande > "Obliges" de rester a la plage

"Obliges" de rester a la plage

Mercredi 17 et Jeudi 18 Janvier

jeudi 18 janvier 2007, par Laure


Cette fois, nous demenageons pour de bon. Les chambres de notre hotel sont toutes reservees et la gerante a ete forcee de nous dire qu’elle n’en avait plus de disponible, sans tourner autour du pot comme hier. Nous partons donc de bon matin sac au dos pour trouver un autre hotel. L’objectif est d’y arriver avant le debut du cours de Thibaut pour qu’il puisse y poser son (enorme) sac et sache ou me retrouver ce soir. La plupart des hotels ici n’ont pas grand charme, ce sont des constructions modernes alignees sur la plage et en plus tres souvent hors de prix. Nous tentons notre chance a un des seuls hotels pas trop chers, tres laid de l’exterieur mais ou nous avons finalement la bonne surprise de visiter une chambre certes basique mais avec une jolie terrasse avec vue sur la mer et pour un prix 3 fois moins eleve que ce que nous payions jusqu’ici. C’est decide, nous la prenons, sauf que l’hotel ne loue les chambres que pour un minimum de 2 nuits. Et bien tant pis, au lieu de partir demain comme prevu, nous resterons un jour de plus ici a profiter de la plage, aux depens de notre sejour a Bangkok. Moi qui n’avais aucune envie de subir le long voyage de retour necessaire, me voila soulagee d’obtenir ainsi un jour de repit !

Cela me permet de continuer mon programme "plage en solitaire" pendant les derniers cours de Thibaut puis de lui faire partager ce qui est deja ma routine le lendemain. Malgre la deception initiale, nous commencons a nous sentir bien a Koh Tao. L’ambiance est plutot sympathique, melange de confort lie a toutes les facilies de la vie moderne et de charme et de decontraction thailandaise. C’est sur que ce n’est pas la peine de venir ici pour les beaux paysages (grandement betonnes) ni pour la faune sous marine si on ne plonge pas (pres des plages tout le corail est mort suite a des fortes chaleurs les annees passees et aussi sans doute a la suractivite liee au tourisme). Par contre, la vie y est agreable, la plage jolie et on s’y sent bien. Le tout est de savoir ce que l’on attend de son sejour ! Apres une semaine ici, nous commencons a connaitre beaucoup de monde, le village n’etant pas bien grand, et c’est aussi bien agreable de discuter avec les uns et les autres et de se sentir chez soi.

Encore une fois, la seule note negative est donnee par le comportement de certains touristes. Je passe sur les nombreux bars ou de jolies jeunes filles attendent le chaland et sur ces nombreux couples formes d’un europeen gene ou triomphant (c’est selon) et d’une thailandaise trop jeune pour lui. La Thailande est loin de se limiter a cela, heureusement, meme si c’est quand meme desolant que certains riches occidentaux considerent que ce genre de "service" est la cle de vacances reussies. Mais ce soir au port de Koh Tao, nous assistons a une scene d’un autre genre, crise de nerfs trahissant la mentalite de certains jeunes touristes. Au depart, je voulais simplement m’acheter une crepe sur un petit stand de rue mais le couple devant moi commence a se disputer avec le vendeur. Alors que ce dernier reclame 25 bahts, le garcon refuse de payer, argumentant qu’hier la meme crepe lui a coute 20 bahts. Le vendeur a beau lui expliquer qu’il y a un tarif et lui lister le prix de toutes les differentes crepes, rien n’y fait, notre ami touriste ne veut pas lui donner plus de 20 bahts. Le ton monte, le vendeur continue a s’expliquer et la copine du garcon se lance alors dans une grande diatribe concernant la malhonnetete supposee des Thailandais qui essayent toujours d’arnaquer les touristes en leur faisant payer trop cher. Angele avec qui nous sommes alles diner tente de les calmer en leur expliquant qu’ils sont en train de faire toute une histoire pour 5 bahts, c’est a dire environ 10 centimes d’euros et qu’il feraient mieux de payer la somme voulue. Helas ils ne veulent rien entendre ni comprendre, c’est selon eux une question de principe, ils continuent de plus belle dans leur delire paranoiaque sur la conspiration thailando - asiatique visant a voler les touristes. Cela nous choque d’autant plus que nous n’avons eu absolument aucun probleme en Thailande (contrairement au reste de l’Asie), les prix annonces sont toujours honnetes et justifies. Alors que le vendeur propose de garder la crepe et de ne rien leur faire payer si le prix ne leur convient pas, le garcon s’en saisit et la jette violemment sur la plaque de cuisson, projetant pate et chocolat sur tout l’equipement. Nous sommes revoltes par un tel geste gratuit de mepris et de violence (pour 10 centimes !), decidement il semble que certains jeunes touristes aient encore beaucoup de choses a apprendre de leurs voyages. Cela a pour effet de rendre furibond le vendeur, bien loin du calme habituel affiche par les thailandais en toutes circonstances. Il se rue sur l’occidental arme de sa spatule a crepe et commence a le frapper tandis que la jeune fille, tout a l’heure si enervee et ricanant du geste stupide de son ami, essaye de les separer. L’explosion de colere ne dure pas longtemps et le vendeur retrouve vite son calme mais les 2 touristes n’ont toujours pas compris. Alors qu’ils ont provoque toute cette histoire, ils menacent maintenant d’aller trouver la police, de porter plainte contre le vendeur et de faire fermer son stand, le tout sous le regard goguenard des autres thailandais assembles dans la rue pour qui un tel manque de sang froid est ridicule. Il faudra l’autorite d’un autre touriste anglophone pour arriver a calmer le jeune couple excite, les prenant sans menagement par le bras pour les reconduire a leur hotel avant qu’ils ne s’attirent d’autres ennuis. Nous avons honte d’un comportement aussi mesquin et meprisant mais ne possedons pas les mots necessaires en thai pour expliquer tout ca au vendeur. Je me contente de lui acheter une crepe malgre ses protestations comme quoi "c’est ferme pour ce soir", ce qui lui permet de reprendre un peu son calme et de digerer l’incident. Une fois de plus, le tourisme de masse vient de nous montrer son plus mauvais visage, independamment de ses eventuels bienfaits et nous meditons sur la difficulte a voyager sans alterer les endroits traverses.

Jour précédent : Ca plonge et ca bulle Sommaire : Thaïlande Jour suivant : Arrivera-t-on un jour a Bangkok ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP