accueil

on est partis


Du lac aux fumerolles

Mardi 20 Mars, Rotorua

mardi 20 mars 2007, par Laure


Notre etape d’aujourd’hui est particulierement courte et nous laisse donc le temps de flaner un peu avant de prendre la route. Nous faisons donc un petit tour en voiture le long du lac, helas en grande partie bordee par des proprietes privees qui nous bouchent la vue. Nous marquons aussi une halte aux chutes d’eau de Huka, impressionnant bouillonnement d’eau furieuse qui a creuse son chemin dans les roches bordant la riviere. Une fois de plus, on ne peut pas dire que nous soyons particulierement enthousiasmes par les paysages, jolis mais sans plus. Mais le soleil brille, nous n’allons pas non plus nous plaindre, c’est devenu rare. Notre halte dejeuner nous conduit a l’endroit le plus kitsch de ce sejour neo zelandais : la ferme de crevettes voisine de Taupo. Un entrepreneur local a eu l’ingenieuse idee de profiter des sources chaudes geothermiques pour adapter au pays l’elevage de crevettes des mers tropicales. Ces petites betes peuvent ainsi s’epanouir dans de grands bassins chauffes gratuitement par les forces terrestres avant d’etre degustees au restaurant de la ferme ou exportees. Nous sommes accueillis par Rob la crevette dont l’effigie geante decore tout le complexe et qui propose aux touristes diverses activites tres culturelles comme la peche a la crevette ou encore mieux le minigolf situe juste au dessus des bassins permettant d’assommer quelques crustaces en cas de mauvaise gestion de la trajectoire de la balle. Euh, nous declinons les propositions de visite, nous nous contenterons de manger la bete au restaurant avec vue sur les bassins et la riviere !

Apres un court trajet, nous arrivons a Rotorua en debut d’apres midi et nous empressons de changer notre reservation d’hotel pour une chambre plus confortable avec salle de bain privee. Tant pis pour les economies, une autre nuit dans une cage a lapins aussi deprimante qu’hier serait fatale a notre moral. Nous beneficions ainsi d’un joli chalet avec terrasse dans le grand parc de l’auberge de jeunesse, ouf cela fait du bien d’avoir un peu d’espace. Pendant que notre lessive tourne dans la machine a laver, Thibaut part aussitot tester la piscine thermale brulante de l’hotel, a chacun son lavage. Une fois tout ce petit monde lave et seche, nous pouvons partir a la decouverte de la ville.

Nous commencons par le parc municipal qui est plutot original par rapport a notre conception habituelle d’un parc. De loin, tout parait normal : une pelouse bien verte, des arbres, des bancs et des allees bien taillees. Mais en s’approchant, quelques details bizarres attirent notre attention : quelle est donc cette fumee qui s’eleve au dessus de la pelouse ? Et ce bruit de glouglou que l’on entend ? Et oui, le parc est amenage au dessus d’une zone d’activite geothermique et s’agremente donc de curiosites locales comme ces trous dans le sol d’ou sort de la fumee ou ces bassins de boue brulante bouillonnant en borborygmes sonores. Mieux vaut faire attention ou l’on met les pieds si l’on ne veut pas finir roti ! Le spectacle est plutot impressionnant et nous nous amusons bien a courir de fumerolles en failles brulantes. Notre promenade en centre ville est quant a elle vite ecourtee. Comme d’habitude, la ville n’a aucun charme avec ses batiments modernes sans style et ses rues au carre mais en plus elle est quasi deserte. Les restaurants ouverts se comptent sur les doigts de la main, les quelques terrasses sont vides et de tres rares passants errent dans les rues vides. L’ambiance est plutot deprimante, il semble que les habitants soient tous reunis dans l’immense zone commerciale et les supermarches qui entourent la ville plutot que dans ce qui devrait etre le centre anime. Nous filons vite les rejoindre au supermarche local, en effet beaucoup plus vivant ( !) et achetons de quoi diner a l’hotel. Pas la peine de s’eterniser ici demain, nous prevoyons de filer directement a la decouverte des geysers qui justifient notre presence.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP